Nos missions

Contribuer à la préservation de l’avifaune

Avec l’expérience, les activités du Centre Ornithologique de Réadaptation se sont diversifiées depuis 1975. Entre autres tâches, la mise en place d’études et de mesures de protection pour la sauvegarde de certaines espèces protégées et prioritaires, telles les hirondelles de fenêtre et rustique ou le martinet noir – classé oiseau de l’année 2005 par l’ASPO (Association suisse pour la protection des oiseaux). Sans oublier, évidemment, le sauvetage d’oiseaux blessés, malades ou tombés du nid. Certains oiseaux restés partiellement handicapés, sont utilisés comme « oiseau professeur » pour contribuer à la réadaptation des oisillons de la même espèce.

Assurer un rôle socio-économique

L’engagement de demandeurs d’emploi fait partie d’une philosophie que le Centre Ornithologique de Réadaptation entend conserver. En accord avec les Autorités genevoises et vaudoises, 500 stages ont été proposés à des demandeurs d’emploi, leur offrant la possibilité d’effectuer une activité intéressante et valorisante. Nombre d’entre eux ont retrouvé dignité, motivation, confiance et fierté, ainsi que de nouveaux débouchés professionnels. A la grande fierté de l’association et grâce à ces stages, certains d’entre eux ont pu retrouver un emploi.

Servir un rôle socio-éducatif : 12’000 élèves sensibilisés

Sur demande, le Centre Ornithologique de Réadaptation organise des visites de sites ornithologiques à l’intention des élèves, afin de les sensibiliser à la protection et à la survie de certaines espèces. Environ 800 élèves en bénéficient chaque année. Le Centre organise des conférences et des expositions pour sensibiliser le grand public à la protection de l’avifaune. Sans oublier les projections de vidéos suivies de discussions passionnantes pour les résidents d’EMS et de gériatrie.

Développer des projets stratégiques

  • L’association s’investit dans des projets liés à la sauvegarde des oiseaux, notamment :
  • Développer le service d’interventions
  • Développer le service d’études et de protection
  • Améliorer les soins vétérinaires
  • Mettre en place un laboratoire d’analyse permettant la pose de diagnostics plus précis et plus pointus
  • Élargir la palette des soins grâce à l’homéopathie
  • Étudier l’impact de l’utilisation de pesticides dans l’agriculture intensive
  • Étudier la répartition géographique des maladies susceptibles de devenir transmissibles, comme la salmonellose
  • Développer les études sur les endo- et ectoparasites

Mettre en place des ``plans catastrophes``

Des protocoles d’action d’urgence sont mis en place lors d’événements exceptionnels, menaçant gravement la population aviaire :

  • Le plan « Cormoran » appliqué en cas de pollution par hydrocarbures
  • Le plan « Harfang » appliqué en cas de conditions hivernales extrêmes
  • Le plan « Pétrel » appliqué en cas de catastrophes climatiques comme lors de la tempête Lothard en 1999