Le Retour du Roi des Cieux

Au mois d’avril, les cris stridents des Martinets noirs, annonciateurs du retour de la belle saison, commencent à raisonner dans nos villes. Cet oiseau remarquable, adapté comme nul autre au vol, revient chez nous pour nicher. C’est à cette occasion qu’il se posera enfin pour couver ses œufs, puisqu’à l’accoutumée, il préfère se nourrir, s’accoupler et même dormir en volant !

Le Martinet noir est une espèce anthropophile, c’est à dire une espèce adaptée à vivre dans le voisinage immédiat de l’Homme. On lui donne cette définition car, bien qu’à l’origine le Martinet noir nichait dans les parois rocheuses ou dans les arbres creux, la grande majorité des individus de cette espèce niche aujourd’hui dans nos bâtiments.

Malheureusement, c’est la crise du logement pour le Martinet noir qui figure parmi les 50 espèces prioritaires de Suisse. En effet, ses sites de nidification sont de plus en plus menacés par les rénovations des bâtiments (rénovation de façades, surélévation…) ainsi que par l’homogénéisation des constructions modernes qui n’offrent pratiquement pas de possibilités de nicher.

A Genève, le Centre Ornithologique de Réadaptation (COR) réalise plusieurs actions en faveur du Martinets noirs :

  • Les soigneurs du Centre accueillent, soignent et nourrissent un grand nombre des jeunes Martinets noirs tombés du nid (plusieurs dizaines par année) entre le mois de mai et d’août. Ceux-ci sont ensuite relâchés ou relogés dans les différentes colonies afin de leur donner une chance supplémentaire de se réadapter à la vie sauvage.
  • Chaque année, les recensements officiels de cette espèce sur le territoire cantonal sont menés par le COR, avec le soutien de la Direction Générale de la Nature et de l’Agriculture (DGAN) et du programme cantonal Nature en ville. Ce recensement est mené sur les sites de nidification connus ou nouvellement équipés de nichoirs, mais aussi sur des nouveaux sites découverts par des particuliers ou par l’œil avisé des recenseurs. La liste des sites est mise à jour d’année en année et les résultats sont transmis à la DGAN, qui peut alors mettre à jour ses bases de données et en particulier la couche SITG « Sites Prioritaires Faune ».
  • Le pôle d’expertise du COR en la matière lui permet également d’être l’interlocuteur privilégié des architectes, des régies et des corps de métier spécialisés afin d’émettre des recommandations pour la préservation du Martinet noir en milieu urbain. Les experts du COR participent cette année à pas moins de douze chantiers dans lesquels des aménagements de nichoirs sont prévus, et ce, en collaboration étroite avec les architectes et les régies. Et pour chacun de ces chantiers, l’atelier de menuiserie du COR produit des nichoirs adaptés non seulement à l’espèce mais aussi à chacun des bâtiments pour qu’ils s’intègrent de manière discrète à l’architecture existante ou à venir.
  • Afin de mieux communiquer sur cette problématique, en 2018, le COR collabore avec la DGAN et l’entreprise LOSINGER MARAZZI SA pour éditer une fiche conseil destinée aux différents corps de métier du bâtiment.

Pour continuer à favoriser la nidification du Martinet noir en ville et à profiter année après année de ces balais acrobatiques aériens qui enchantent petits et grands, il est primordial de continuer à sensibiliser le public ainsi que les corps de métier du bâtiment qui ont un rôle primordial à jouer dans la conservation de ce magnifique oiseau !

Pour la journée destination « Nature en ville »  nous sommes en partenariat avec la plateforme 1001 sites nature en ville.

Article  Julie Gyger et photos Alain Georgy.

PARTAGER
Article précédentCygne 148