Que faire si je trouve un oiseau ?


Généralités

En ville, à la campagne, au le bord d’une route, vous pouvez trouver un oiseau en détresse et il est souvent important de lui venir en aide. Surtout, ne paniquez pas, vous risquez de stresser l’oiseau, de ne pas réussir à le capturer et d’aggraver son état !


Capturer un oiseau blessé

Préparer un carton adapté à la taille ; si le carton est trop grand, l’oiseau risque d’être balloté pendant le transport, ce qui pourrait aggraver son état. Vous pouvez ajouter un linge ou un tissu dans le carton pour que l’oiseau soit plus à l’aise. N’oubliez pas de percer des trous dans le carton pour que l’oiseau puisse respirer.

Capturez l’oiseau le plus délicatement possible en évitant au maximum de le stresser. Pour cela, prenez une couverture ou un tissu, d’une épaisseur relative à l’espèce d’oiseau concernée et approchez-vous calmement. Pour un petit passereau ou un pigeon, un tissu fin suffit, alors que pour un rapace il faudra un tissu épais. Lors de la manipulation de l’oiseau, maintenez ses ailes sur son corps et cachez-lui la tête. Pour les oiseaux avec un long cou, tenez le bec éloigné de vous.


Aidez un oisillon en difficulté

Certains oisillons tombent du nid très tôt et il est tentant de vouloir les aider. Afin de faire le tri entre une situation normale et une situation d’urgence, il est nécessaire d’observer :

  • Si l’oisillon est au sol mais qu’il n’a pas encore de plumes.

  • Si l’oisillon a été attaqué par un chat.

  • Si l’oisillon semble blessé, qu’il ne s’éloigne pas en sautillant quand vous approchez.

Dans les 3 cas ci-dessus, il est important pour la survie de l’oiseau que celui-ci soit pris en charge.

Néanmoins, dans la plupart des cas, les jeunes oiseaux ne sachant pas encore voler sautillent au sol et cette situation est tout à fait normale. Les parents continuent à les nourrir, en particulier les jeunes merles et les corneilles, et en cas de danger, ils lancent un cri d’alerte pour que les oisillons se mettent à l’abri. Ces oisillons auront donc de plus grandes chances de s’émanciper rapidement s’ils restent dans la nature.


Recommandation pour votre sécurité :

S’il s’agit d’un rapace, comme une buse ou un hibou, faites très attention à ses serres qui peuvent transpercer la peau ainsi qu’à ses coups de bec. Une corneille pourra aussi vous attaquer de la même manière.

Prenez également garde aux cygnes qui peuvent donner de forts coups de becs et de puissants coups d’ailes.

Pour les Martinets, ne négligez pas le tissu car leurs petites pattes peuvent griffer.

Attention aussi aux oiseaux munis d’un long bec en poignard comme les hérons, cigognes, grèbes ou cormorans. En effet, ces oiseaux peuvent vous attaquer aux yeux s’ils se sentent agressés. Il est donc recommandé de porter des lunettes de protection et de tenir leur cou pendant la manipulation.

Une fois l’oiseau capturé, laissez-le au calme dans son carton. Vouloir le montrer à ses amis ou sa famille pourrait lui générer un stress supplémentaire qui pourrait lui être fatal. Le carton doit rester dans un endroit sec et à l’intérieur pour que l’oiseau n’aie pas froid s’il est déjà blessé ou affaibli.

NE LUI DONNEZ PAS DE NOURRITURE NI À BOIRE SANS RECOMMANDATION DE NOTRE PART.

Une fois votre oiseau bien installé dans son carton, vous pouvez l’amener au Centre Ornithologique de Réadaptation de Genthod (COR), où nous prendrons l’oiseau en charge.

Lorsque vous arriverez au COR, nous vous demanderons quelques renseignements au sujet de l’oiseau, ceci afin d’assurer un bon suivi et de lui donner les soins nécessaires. Nous vous demanderons notamment :

  • Le lieu où vous l’avez trouvé.
  • La date où vous l’avez trouvé.
  • La situation dans laquelle vous l’avez trouvé.
  • Vos cordonnées.

Une fois l’oiseau pris en charge, vous pourrez avoir de ses nouvelles grâce à un numéro d’identification et vous pourrez suivre son évolution du soin jusqu’à sa libération dans la nature grâce à cet article.

Merci pour l’aide que vous apportez à nos amis ailés !

Article Modifié par Julie Gyger